Usine d'épuration de la Montérégie

Localisation : Mont St-Hilaire
Client : Société québécoise d’assainissement des eaux
Budget : 19 000 000 $

Construction de deux stations de pompage et d’une usine de traitement des eaux pour les villes de Beloeil, McMasterville et Otterburn Park.

Le premier défi était de créer une architecture honnête et sensible malgré la rigueur des contraintes technologiques reliées au procédé d’épuration lui-même. Le second défi était de parvenir à créer des espaces intérieurs riches et dynamiques en dépit des fonctions plutôt « arides » et automatisées qui n’offraient que peu de prétextes à générer des espaces signifiants.

L’architecture a puisé son inspiration dans le procédé même de l’usine en proposant un long bâtiment linéaire calqué sur le trajet linéaire du processus d’épuration de l’eau. L’eau entre souillée, elle passe de façon séquentielle au dégrillage, au dessablage, à la polymérisation, à la décantation, à la désinfection UV et retourne à la rivière. L’architecture témoigne de ce processus par la présence d’une longue circulation intérieure qui suit les étapes de l’épuration et qui permet au visiteur qui y déambule d’en comprendre le cheminement. Cette décision conceptuelle s’avère très appréciée des écoliers que l’on amène en visite pédagogique de l’usine, sans compter le personnel d’entretien qui peut en visualiser facilement les opérations.

Cette circulation s’exprime dans la volumétrie extérieure par une longue paroi noire qui traverse le bâtiment et sur laquelle viennent se détacher les fonctions qui s’expriment tantôt en béton tantôt en aluminium ondulé. L’élément central intérieur est constitué d’une longue rampe vitrée sur le paysage de Beloeil et reliant les deux niveaux de planchers. La rampe intérieure a permis de remplacer l’ascenseur et fut un prétexte pour créer un espace de circulation sur deux niveaux offrant aux usagers une vue sur l’extérieur pendant leurs déplacements dans un bâtiment qui pour des raisons fonctionnelles demeure presque sans fenêtres.